Follow by Email

dimanche 6 juin 2010

FERME ÉCOLE KAYDARA DE KEUR SAMBA DIA : La première promotion d’élèves fermiers fêtée

L’expérience a commencé il y a trois ans à Keur Samba Dia et elle suscite beaucoup d’espoir pour les jeunes bénéficiaires. Le projet ferme-école de Kaydara qui forme les jeunes déscolarisés ou non scolarisés de la zone de Fimela vient de fêter sa première promotion de fermiers agricoles.

A Keur Samba Dia, dans l’arrondissement de Fimela, le nom de Kaydara résonne fort dans l’oreille des habitants de la zone. Crée il ya quelques années, cette ferme-école qui est un concept nouveau mis en place par une Ong dénommée « Jardin d’Afrique » est en train de porter ses fruits. En cette matinée de mois de mai, à quelques semaines de l’hivernage, la chaleur qui y règne est là pour rappeler qu’on est loin de Dakar.

Mais la proximité avec la réserve de biosphère de Fimela, classée patrimoine mondial par l’Unesco, donne à cette zone une quiétude naturelle. Située à coté du village de Keur Samba Dia, arrondissement de Fimela, juste avant la paradisiaque zone des îles du Saloum, la ferme-école de Kaydara jouit d’une position géographique et de conditions climatiques avantageuses. C’est fort de cela que Gora Ndiaye et les membres de l’Ong « Jardin d’Afrique » ont développé un concept de formation des jeunes villageois en matière de gestion de ferme. L’idée vient de l’Ong « Jardin d’Afrique ». Une structure crée en 1994, avec une officialisation en 2000. Après des années d’expérience acquises au niveau des Ongs, Gora Ndiaye, président de « Jardin d’Afrique » décide de retourner à la terre, nanti aussi de connaissances en techniques agricoles. Il décide alors de créer une ferme-école où des jeunes villageois vont apprendre de façon théorique les techniques agricoles et les appliquer dans leurs fermes. Ainsi, après trois années de formation, les jeunes élèves fermiers viennent d’étrenner leur parchemin et surtout leurs fermes où ils vont mettre en pratique ce qu’ils ont emmagasinés lors de la formation.

La première promotion d’élèves fermiers a été célébrée le 22 mai passé en présence des autorités locales, ainsi que des populations de la zone venu magnifier l’exemple de la ferme école de Kaydara qui est une aubaine pour les jeunes de la localité marquée par une grande déperdition scolaire. Le crédo des initiateurs de Kaydara est de récupérer ces jeunes qui n’ont pas pu percer dans les études pour en faire des « entrepreneurs agricoles ». Faisant partie de la première promotion de 20 élèves-fermiers, Béla Diédhiou habitant Mbour, vient de terminer ses trois ans de formation. Âgé de 22 ans, il vient de regagner sa ferme et va se lancer dans la production de cocotiers qu’il compte écouler dans le marché des hôtels de Mbour. Le concept de ferme école Kaydara a été rendu possible grâce à l’appui des collectivités locales de la zone, surtout la communauté rurale de Keur Samba Dia qui a offert des terres aux fermiers, ainsi que d’autres partenaires extérieurs dont la fondation Brixham. Crée depuis 2006, Kaydara, selon les promoteurs est le nom d’un récit écrit par Amadou Hampaté Ba et qui parle de l’ensemble des traditions des peuples de la boucle du Niger. Le nom a aussi une signification en wolof qui veut dire « viens à l’école de la vie » (Daara). « Nous voulons faire, dans la zone, un modèle éducatif alternatif face à un fort taux d’abandon scolaire qui caractérise la zone. C’est pourquoi nous avons choisi une formation qui va en droite ligne avec la préoccupation des villageois. Et c’est l’agriculture », souligne Gora Ndiaye.

Oumar NDIAYE

Aucun commentaire: